• David Lorion

Le modèle agricole réunionnais

Longtemps nous avons considéré que la culture de la canne à sucre et sa transformation en sucre, mélasse, rhum et enfin bagasse pour l'énergie était incompatible avec le développement des autres filières agricoles plus alimentaires comme les fruits, les légumes et la viande. La réalité économique nous montre que non seulement, la culture de la canne n'est pas incompatible mais dans bien des cas elle complète utilisement les autres filières. Force est de constater que les agriculteurs réunionnais ont construit, en même temps que la canne à sucre, d'autres modèles de production structurés, vertueux et qui ont permis à La Réunion d'atteindre une autonomie alimentaire à près de 80% en produits frais de qualité ! Ce seul chiffre nous montre d'ailleurs qu'enlever la canne à sucre pour la remplacer par une autre production serait assez utopique au rergard de l'étroitesse du marché réunionnais et des contraintes d'exportation des produits locaux sur les marchés régionaux. Néanmoins, ce constat ne doit pas figer toute évolution, des améliorations sont possibles notamment pour rendre solidaires les filères entre elles. L'agriculture est un tout et les grandes collectivités, la chambre d'agriculture travaillent déjà à se mettre d'acccord pour fixer les objectifs et les moyens d'y arriver, orienter les subventions et préparer les changements, fixer des schémas directeurs d'aménagement pour protéger les terres agricoles, garantir les volumes et la qualité pour s'imposer dans les surfaces alimentaires et les marchés publics, évoluer vers une agriculture biologique et se garantir contre les importations déloyales, mais aussi créer les liens nécessaires entre l'agriculture, l'agroalimentaire et l'agrotourisme.

Bravo à nos agriculteurs, une fierté réunionnaise!