• David Lorion

Défense du modèle agricole réunionnais


L’avenir du Régime Spécifique d’Approvisionnement (RSA) pose réellement question. Elle demeure indispensable à la compétitivité et au développement des filières de productions en ce qu’elle garantit une stabilité des prix et la qualité des production et vente locales.

Depuis 2013, cette aide est plafonnée à 26,9 M €. Les professionnels des RUP avaient souhaité, en vain, que ce montant soit revalorisé à 35 M € en accord avec la hausse des prix du marché agricole ; ce qui n’aurait aucun impact budgétaire pour l’Union Européenne.

Un autre point de tension a également émergé : l’autorisation de percevoir des Cotisations interprofessionnelles étendues (CIE) ; c’est-à-dire rendre obligatoire de prélever des cotisations interprofessionnelles à l’ensemble des familles qui composent une interprofession, et de pouvoir utiliser le produit de ces cotisations au bénéfice exclusif de la production locale. Cela se fait déjà de manière volontaire à la Réunion.


Pour autant, malgré la mobilisation des filières agricoles ultramarines, aucun compromis n’a, à ce jour, été trouvé sur ces deux points ; les organisations agricoles des RUP étant exclues du trilogue Européen.


Les acteurs des RUP sont donc très préoccupés de l’évolution de cette négociation qui ne répond pas aux sollicitations des milieux agricoles des DOM, pourtant vitales pour leur développement.


Votre député, David Lorion